Après leur deuxième passage à Avignon cet été, Mathieu Davidson et Alexandre Foulon entameront à partir de janvier une troisième saison au guichet Montparnasse avec Le Clou du spectacle, une pièce qui parle du théâtre avec une verve singulière, à la fois burlesque et sensiblement engagée. Ils en sont non seulement les auteurs, mais aussi les metteurs en scène et uniques comédiens, interprétant à eux seuls seize personnages. Un sacré défi qui donne lieu à une comédie hilarante au rythme duquel on palpite.

clou33

Vous n’avez probablement pas entendu parler de cette pièce pour la simple et bonne raison que ses concepteurs refusent pour l’instant de se lancer dans une communication acharnée. Depuis sa création en 2012, Le Clou du spectacle a acquis son public parisien presque uniquement par bouche-à-oreille. Leur premier souhait n’étant pas de vendre, Mathieu et Alexandre souhaitent acquérir succès et légitimité auprès d’un public varié : des professionnels aux amateurs de théâtre, mais aussi et surtout auprès de ceux qui n’y vont jamais. Résultat : une vision intéressante du théâtre livrée par un texte bien écrit mais sans prétentions, accessible à tous. La pièce vacille habilement entre l’intelligence acide du sarcasme et la drôlerie malicieuse de la farce, les comédiens s’amusent, le public aussi… Bref, une alliance de fun et d’authenticité qui mérite qu’on lui porte son attention.

Le spectacle nous raconte l’histoire de deux jeunes comédiens, Julien et Denis, venus à Paris dans but de « faire du théâtre ». Ces derniers découvrent les coulisses d’une modeste salle parisienne, le théâtre de la Tourbière, soumise à toutes les contraintes matérielles et humaines possibles : la vétusté du lieu et des costumes, les restrictions financières, l’implication « relative » des comédiens sous-payés. Un casting, une répétition et enfin une représentation fatale de Roméo et Juliette qui conduira ces deux protagonistes au purgatoire, devant Saint-Pierre…

clou

Le Clou du spectacle, au fil des aventures du théâtre de la Tourbière, lève le voile sur un univers insoupçonné et délirant : après un incident technique lié aux costumes, l’interprète de Mercutio est contraint de jouer en short, une panne d’éclairage survient au beau milieu de la pièce, un vigile de chez Tati fait irruption sur scène… A travers ces péripéties insolites, on découvre la face cachée du théâtre où, bien souvent, le jeu et la mise en scène recèlent une belle galère d’improvisation et de gros ratés. Mathieu et Alexandre nous font partager ces réalités secrètes, ces aventures souterraines qui font l’envers de la magie du spectacle dans une mise en abyme décalée et pleine de rebondissements.

Passant d’un personnage à l’autre en une fraction de seconde, chaque comédien maîtrise parfaitement son jeu. Une telle inspiration leur vient de leur propre expérience du théâtre. S’ils parviennent à nous faire vivre ces aventures avec tant de sincérité et d’énergie, c’est parce qu’ils les ont vécues. Du recrutement hasardeux aux représentations houleuses, en passant par les répétitions à l’arrache, le théâtre tel qu’ils ont pu le rencontrer a s’est souvent présenté comme une épreuve de force, une épopée. La pièce est un feuilleté d’expériences vécues aussi douteuses qu’irrésistibles et la proximité que les deux comédiens entretiennent de ce fait avec leurs personnages est à la source d’un jeu vivant, dont le grain nous charme par son authenticité et son piment.

clou4

Ainsi, chaque personnage est un bijou de singularité érigé au sein d’une typologie détournée de la « grande famille du théâtre ». Chaque personnage est une icône de ce grand bordel. Tout le monde y est : le patron de théâtre bon vivant et bon commerçant – la secrétaire aigrie, célibataire endurcie et accro au tabac – le technicien bavard mais incompréhensible, toujours prêt à improviser avec les moyens du bord – le metteur en scène extravagant et obsédé sexuel – le jeune premier qui se la pète… On finirait presque par s’attacher à ce beau monde qui nous livre une myriade d’anecdotes juteuses édifiées en coups de théâtre dans une « épopée » des coulisses. Epopée dont les héros ne sont que les pantins burlesques et désespérés d’un seul et unique commandement : « the show must go on ».

En somme, Le Clou du spectacle est une comédie originale que vous n’oublierez pas. Vous en ressortirez avec la vraie satisfaction d’avoir appris quelque chose tout en ayant passé une heure à rire.

Que l’on pense au one-man-show, aux comédies des Grands Boulevards, au spectacle de Molière que l’on a vu avec sa classe au collège ou bien aux pièces d’intellos que personne ne comprend jamais, ces clichés du théâtre ont tendance à nous lasser et à nous décourager. Le Clou du spectacle propose un point de vue différent et montre que le monde du théâtre n’est pas aussi figé qu’on le croît. Proches du public, vêtus de noir, sur une petite scène sans décor et avec pour seuls effets quelques jeux de lumières, Mathieu Davidson et Alexandre Foulon se démènent pour que leur public « vive » le théâtre et s’en rapproche. Dans un souffle engagé – discret mais sensible, ils nous dévoilent aussi l’univers bancal et précaire qui est celui des théâtres modestes, et qui se rapproche sur bien des points du quotidien de tout le monde.

 

Le Clou du spectacle
de et par Mathieu Davidson et Alexandre Foulon

A partir de janvier les vendredis et samedis à 22h

Guichet Montparnasse
15 Rue du Maine, 75014 Paris
01 43 27 88 61

www.guichetmontparnasse.com

Lien Billet Reduc : http://www.billetreduc.com/84898/evt.htm?nr=1

Leave a Reply