Le K-hiphop nous sauvera-t-il de la K-Pop ?

Après des années de K-Pop, et l’avènement de Psy, le Hip-Hop Coréen, ou K-hiphop, fait une arrivée fracassante dans les charts asiatiques. Présentation des amateurs de bonnes vibes américaines qui prennent le mic’ pour troller le billboard du « pays du matin calme ».

Avec l’explosion de la musique K-Pop, des chanteurs aux cheveux peroxydés et polychromiques, des licornes ornées de pétales de fleurs dans des clips aux jeux de lumière à faire convulser un centre d’épileptiques; le bon goût a repris de sa superbe dans le pays de Gangnam Style. Depuis le début des années 90, le rap fait son chemin, lentement mais surement, dans les sous-bassement de Séoul.

Après quelques éclosions au début des années 2000 dans une mouvance très positive, le « Royaume ermite » embrasse totalement le Hip-Hop Coréen à l’heure actuelle. Les labels axés K-Pop, surf la vague des dents en or et casquette à l’envers. Les chaines de télévisions Coréennes, font de même. Channel M, dont le slogan est « This is KPop », diffuse depuis 2012, Show Me The Money, une sorte de The Voice pour les groupes de rappeurs. Autre émission notable, Rap Monster, dans le style de Korean Idol.

En 2015, le Billboard K-Town, se voit parsemé de morceaux récupérant les sonorités d’Atlanta, Los Angeles et New York. L’un des jeunes loups les plus prometteurs de la scène Hip-Hop Coréenne s’est installé à la cinquième place de ce classement, avant d’être invité au South by Southwest, aux cotés de J. Cole, Big Sean et Future. Pour se faire une idée, voici les rappeurs du pays du matin calme qui vont bientôt s’occuper de mouvementer vos nuits.

 

L’espoir Coréen

S’il ne doit en rester qu’un pour exporter le plus loin possible le K-hiphop, c’est bien Keith Ape. Avec son titre It G Ma, qui plafonne à 20 millions de vue sur Youtube, Keith s’est offert une visibilité certaines outre-Pacifique. Il s’embrouille avec OG Maco, qui l’accuse de s’approprier la culture noir et d’avoir plagié U Guesse It. Ensuite, le jeune rappeur peroxydé s’est attiré les faveurs de Wacka Flocka ainsi que d’A$AP Ferg. Avec sa production proche du Dirty South et autres accents de Trapp venus tout droit d’Antlanta, Keith Ape mène bien sa barque, et prépare son futur album aux Etats-Unis.

 

Le Vétéran

Tablo, est surnommé le Vétéran de la scène coréenne. Il se lance dans la musique en 1999, à l’époque, la K-hiphop n’est qu’un murmure. Après obtention d’un master en littérature à Standford, Etats-Unis, Tablo revient en Corée du Sud où il écume les scènes undergound de Séoul et rencontre Mithra Jin et DJ Tukutz avec lesquels il forme le groupe Epik High, à l’ambiance Smooth et aux influences old-school. Après plus de 10 albums et l’explosion du Hip-Hop Coréen, Tablo effectue désormais sa carrière en solo. Il a fondé son propre label HIGHGRND, afin de donner une chance aux artistes indé de faire le preuve.

Le jeune « à l’ancienne »

A l’instar du style smooth des années 90, revenu en grâce en France sur la scène indépendante, les sonorités West Coast de cette époque s’insuffle de façon vaporeuse dans les productions asiatiques. B-Free, dans le giron de Keith Ape, en est le porte-étendard. Un pied dans The Street, l’autre dans Cypress Hill (B-Free cite directement Insane the brain), le coréen de 30 ans emprunte à Red Man, Snoop Dogg et Ice Cube, sans partir dans le rap de stoner de Dr.Dre.

On a tous un M Pokora ou un Justin Timberlake

Les Etats-Unis ont Justin Timberlake, la France, M Pokora et la Corée a Jay Park. Ce genre d’artiste qui démarre dans un Boys Band, pour finir avec une carrière solo plus (Timberlake) ou moins (Pokora) crédible. Le mec a tout fait, après son passage à la télé dans le télé-crochet coréen Hot Blood, il est devenu le leader du Boys Band sud-coréen 2PM. Après un passage à vide, il est revenu sur le devant de la scène dans un style proche de Justin Timberlake et Usher. Il est acteur, danseur, producteur, rappeur, … il ne lui manque plus que la comédie musicale pour compléter le tableau.

L’ancien

A 41 ans, Tiger JK est l’ancien de la scène hip-hop de Séoul. Il a commencé à rapper aux Etats-Unis avant de fonder Drunken Tiger et devenir une source d’inspiration pour la génération qui troll les charts aujourd’hui. Dans un premier temps, Drunken Tiger a été critiqué pour attiser la haine, comme une majeur partie du rap de son époque, en raison du contenu explicite de leurs paroles et l’attitude rebelle envers la la musique « grand public ». Dans ses références ont peut noter : les Jungle Brothers, Tribe Call Quest, Public Enemy, Ice Cub et plus « récemment » Nelly.

De la K-Pop au K-hiphop à la K-Pop ?

Jessi est la digne représentante de la dangerosité qui lie la K-Pop et le K-hiphop. Après une carrière éclaire dans la K-Pop, Jessi a changé son fusil d’épaule pour se lancer dans le R’N’B et le Hip-Hop. Elle participe d’ailleurs a Unpretty un spin-off de Show Me the Money. Avant de commencer avec  des morceaux de bonne intentions, entre KreayShawn et Missy Elliot, et des production à base du fameux « Hey ! » (rendu célère en France par Molotv 4 de Sefyu). La belle coréenne s’est lancé dans un groupe, Lucky J, qui emprunte aux Fugges pour la dégaine et à One Direction pour la performance musicale.

La pépite « love song »

Dans le milieu du rap depuis 2010, Jay Vito parle d’amour et de femmes, sur des beats de jazz et de vieux sample hip-hop dans une production clairement actuelle.Ce fan de Mac Miller et T.I. emprunte plus à Childish Gambino and Chance The Rapper pour ses dernières productions.

Leave a Reply