Le Top 7 du nanard avec des requins

N’est pas Jaws qui veut, et la plupart du temps, les réalisateurs ne le veulent pas du tout. Depuis plus de vingt ans, les chaînes de T.V. se font un malin plaisir de dépecer le mythe du prédateur des océans à grands coups de scénarios alambiqués et d’acteurs sur le retour (qui n’auraient jamais du revenir). Le tout, servit avec des effets spéciaux grotesques et un humour douteux…

Après l’annonce de Sky Sharks, film réalisé par Marc Fehse où se croise des requins volants et des zombies nazis, il était temps de faire un état des lieux des classiques de série Z avec des ailerons et des dents, beaucoup de dents.

Sharknado

Le meilleur du pire. Un ouragan se déchaine sur Los Angeles, accompagné de milliers de requins arrivés dans la ville des Anges suite à plusieurs tornades. Le héros n’est autre que Ian Ziering, qui incarna pendant 10 ans Steve Sanders dans la série Beverly Hills 90210. Le blondinet ira sauver sa femme Tara Reid (la fille qui veut bien sucer mais pas coucher dans American Pie), ses enfants, ses potes et tous les mecs de son répertoire, en lattant à tour de bras les requins, dans les maison, les voitures, les hélicoptères…. Il faut savoir que Sharknado est produit par Asylum, une boîte spécialisée dans les mockbuster (les parodies de block-buster), tournée avec peu de budget et en très peu de temps. La suite existe et le troisième opus est en préparation.

Jurassic Shark

Un jour Brett Kelly s’est posé une question simple : « Qu’est-ce qui peut faire plus peur qu’un requin ? Un requin du Jurassique bien sûr ! ». Voilà comment on pond un film où un requin préhistorique se retrouve libéré après un forage illégal. Il en profite pour bouffé des voleurs d’art et des jeunes étudiantes. Au moins ce film a une morale : le forage c’est mal.

Avalanche Shark

Surnommé en français « Les dents de la neige ». Ce nanard est probablement la meilleure raison existante de faire son Spring Break sur une plage.  Des jeunes font la fête sur les pistes de ski pendant les vacances de printemps. Et, à l’instar de Jurassic Shark, un requin du paléolithique va venir foutre le bordel, réveillé par une explosion. La sexy Gina Holden, aperçue dans Les Experts, Teen Wolf et The Listener, fera son apparition entre deux jacuzzis en maillots et trois skieurs dévorés. C’est encore un produit d’Asylum !

Sand Sharks (ou Beach Shark)

Ce nanard est surnommé « Les dents de la plage ». Le producteur n’est autre que le réalisateur d’Avalanche Shark. Dans ce contexte, le synopsis coule de source. Des jeunes font la fête sur une plage et, d’un coup, un tremblement de terre sous-marin relâche un dangereux requin préhistorique piégé depuis des millions d’années sous le sable. Une nouvelle fois, Gina Holden fait partie du casting, mais surtout, le premier rôle est tenu par Corin Nemec,… Parker Lewis a tout perdu.

Mega Shark Vs. Giant Octopus

Les bastons de monstres en tout genre sont culte depuis l’apparition de Godzilla dans les années 50. Asylum va récupérer son histoire du requin préhistorique (on change pas une équipe qui gagne), mais cette fois, le monstre des océans sortira de sa prison de glace accompagné d’un poulpe géant. Le film à un tel succès (allez savoir où), que la société de production se fendra d’une suite Mega Shark vs. Crocosaurus ; et pour les fans de Transformers il existe aussi Mega Shark Vs. Mecha Shark.

Sharktopus

Après le visionnage de Mega Shark Vs. Giant Octopus, Declan O’Brien, réalisateur mémorable à qui l’on doit notamment Détour Mortel 3, 4 et 5, se pose la question suivante : « Qu’est-ce qui fait plus peur qu’un requin et une pieuvre géante ? Une monstre mi-pieuvre mi-requin géant ! ». L’armée américaine créer génétiquement un requin géant à tentacule et ça tourne mal. Au casting, Miss USA 2004, Héctor Jiménez, le gringalet dans Super Nacho et le frère de Julia Roberts.

Peur Bleue

À l’origine c’est un film d’horreur classique, avec un budget FX plutôt important. Mais 16 ans plus tard, il atterrit dans la case des nanards. C’est encore une histoire de requin géant supra-intelligent, hypertrophié par les manipulations génétiques. Le casting est en béton : Stellan Skarsgård en manchot, Samuel Jackson en riche investisseur, et surtout LL Cool J dans le rôle d’un cuistot avec un perroquet sur l’épaule.

Bonus : La Bande-Annonce de Sky Shark

Leave a Reply

1 comment

  1. Simply a smiling visitant here to share the love (:, btw great design. &#ld20;Indivi2ua8s may form communities, but it is institutions alone that can create a nation.” by Benjamin Disraeli.