Démocratie Participative : Comment faire entendre sa voix en ligne ?

 

Aujourd’hui, c’est la journée internationale de la démocratie. Une frange de la population délaisse les urnes pour se retrouver sur la toile. Une nouvelle vision : la démocratie participative en ligne.

Proposer des lois

Faire entendre ses idées à l’échelle de la France. C’est la volonté de Stig, une application qui offre aux utilisateurs un moyen de proposer une idée, qui va ensuite être proposée aux élus concernés sous forme de texte législatif. Les internautes peuvent également peaufiner la loi avec des amendements. Dans le même esprit, avec plus d’implication de la part des députés, parlement-et-citoyens, un site qui permet aux parlementaires et aux citoyens de co-construire une loi. Bruno Le Maire (LR) a été l’un des premiers à promouvoir cette plateforme. « A l’Assemblée nationale, et au Sénat, la parité n’est pas garantie, les jeunes sont très peu représentés et il y a un manque de diversité social » lance-t-il en ajoutant à propos de parlement-et-citoyens « c’est un excellent moyen de restaurer la confiance entre citoyens et parlementaires ». Les députés et les sénateurs présentent des lois sur la plateforme, membres de la communauté proposent des modifications ou jugent de la pertinence de la loi qui sera présentée par la suite à l’Assemblée nationale. Les ministres se lancent dans le bain, Ségolène Royal invite les citoyens à participer à la consultation sur la biodiversité et s’engage à répondre aux propositions citoyennes qui obtiendront le plus de votes.

 

Acteur de sa ville

Proposer des améliorations dans les services municipaux et installations locales ? Il y a une application pour ça. Jaidemaville est une carte interactive qui permet de déposer une remarque (dégradation de bien publique, espaces de végétalisation, …). La demande est transmise à la mairie, l’utilisateur est alerté sur l’avancement de la prise en charge. La mairie de Paris est allée encore plus loin avec bugetparticipatif.paris. La capitale propose aux parisiens de décider de l’utilité du budget de la ville. Installer des potagers dans les écoles, des infrastructures sportives sur les quais, des jardins partagés dans les squares, ce n’est qu’une partie des propositions actées par les citoyens pour leur ville.

Pour présenter la démocratie participative 2.0 à un plus grand nombre, Make.org s’est associés avec RMC et BMFMTV. Chaque semaine, dans l’émission #BourdinDirect, Jean-Jacques Bourdin posera des questions sur des engagements politiques concrets, issus des propositions de loi ou d’amendement des internautes. « Il est temps que les candidats à la présidentielle 2017 s’engagent sur les solutions proposées par les français et non l’inverse » explique le journaliste de RMC.

Vers l’institut de sondage

Des hommes d’affaires prennent le train en marche. Le dernier en date, Axel Dauchez, ancien directeur général de Deezer et président de Publicis France, qui n’est pas connu pour ses démarches philanthropiques, est le fondateur de Make.org. Derrière cette plateforme altruiste, Make.org a pour objectif de devenir une banque de données sur la « volonté générale » et ainsi devenir un institut de sondage uniquement tourné vers la politique. L’appli Gov, qui a été crée dans le même but, permet aux utilisateurs de donner un bonus ou un malus à une idée et à des personnalités politiques.

 

 

Leave a Reply